30-04-2020

Rétinopathie à la Chloroquine ou Hydroxychloroquine

L’utilisation prolongée de chloroquine (CQ) ou d'hydroxychloroquine est la cause d’une des maladies rétinotoxiques les plus importantes qui provoque la dégénérescence de l'épithélium pigmentaire rétinien et de la rétine neurosensorielle. Ces médicaments sont utilisés pour traiter le lupus érythémateux systémique, la polyarthrite rhumatoïde et d'autres connectivites. L'utilisation de l'hydroxychloroquine a fortement augmenté, car il est devenu un médicament de première ligne pour certains connectivites.

Des doses élevées et une utilisation à long terme de ces médicaments sont les plus importants facteurs de risque. L'utilisation concomitante de tamoxifène et d'une maladie rénale est un autre facteur de risque important. L'examen ophtalmologique au cours du traitement est important pour la détection précoce des altérations subcliniques qui peuvent être réversibles.

Les patients traités ou précédemment traités par hydroxychloroquine doivent effectuer des champs visuels automatisés (10-2), autofluorescence de fond et tomographie par cohérence optique pour suivre la toxicité maculaire. Des altérations précoces dans l'électrorétinogramme multifocal se produisent en l'absence de symptômes ou de signes cliniques de toxicité rétinienne. Cependant, les premiers signes de toxicité qui peut survenir avant le développement de toute altération ophtalmoscopique (perte de réflexe fovéal et pigmentation maculaire anormale) ou anomalie électrophysiologique, est la perte du champ visuel paracentral. Plus tard, les signes cliniques comprennent des altérations de la rétine (maculopathie en « oeil de bœuf »), perte de vision des couleurs, scotome absolu et diminution de la vision.

Selon les directives de l’Académie Américaine d’Ophtalmologie (1), le diagnostic de toxicité nécessite une altération du champ visuel, confirmé par au moins un des examens mentionnés ci-dessus. La maculopathie toxique n'est généralement réversible que dans les premiers stades. Dans les stades ultérieurs, même si l'administration du médicament est interrompue et s'il y a déjà des altérations dans la rétine, ceux-ci sont généralement irréversibles et certains patients peuvent continuer à perdre de la vision et / ou des champs visuels périphériques. Bien que la toxicité rétinienne se produise chez les patients traités par hydroxychloroquine l’incidence est bien moindre que celle de la chloroquine et on sait que certains yeux peuvent être prédisposés à la toxicité plus tôt que d'autres par des facteurs inconnus.

Les patients doivent être informés du risque de toxicité rétinienne et de l'importance d'une surveillance annuelle régulière.

Référence :

  1. Marmor MF, Kellner U, Lai TYY, et al (2016); Recommendations on Screening for Chloroquine and Hydroxichloroquine Retinopathy (2016 Revision). Ophthalmology 123:1386-1394.
Plus de nouvelles
01-10-2019
Pour le patient: avantages et risques de la chirurgie de la cataracte
Lorsque la lentille naturelle qui existe dans l'œil humain – cristallin - perd la transparence, la qualité...